Le Bulletin de Vote – Burkina Faso

Le Bulletin de Vote

Burkina Faso

Depuis 2001 la loi électorale burkinabè a institué le bulletin unique pour chaque type de scrutin (présidentiel, législatif, municipal). Désormais, pour chaque scrutin, l’ensemble des candidats ou partis doivent figurer sur un bulletin unique placé dans les différents bureaux de vote. A l’exception du scrutin présidentiel où c’est la photo des différents candidats qui figure sur le bulletin, pour les autres scrutins ce sont plutôt les logos des partis politiques présentant des listes de candidature qui apparaissent sur les bulletins. Le positionnement sur le bulletin s’effectue à l’issue d’un tirage au sort organisé par la CENI entre les différents concurrents.

L’institution du bulletin unique est un moyen efficace pour garantir la sincérité d’un scrutin. En effet, il permet de prévenir les possibilités d’achat de conscience par la technique des bulletins retournés par les votants. En effet, dans certains pays où il est fait usage des bulletins multiples, on note que certains candidats ou partis politiques exigent des électeurs qu’ils leur renvoient les bulletins des adversaires en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes. Une telle pratique non seulement encourage la corruption électorale mais en outre, elle viole le principe du secret du vote. La pratique des bulletins multiples consiste à fabriquer pour chaque parti ou candidat différents bulletins de vote différenciés par la couleur et les logos. Aussi, le recours au bulletin unique permet de réaliser des économies dans la production des bulletins. Par exemple, dans le système des bulletins multiples, une élection à laquelle participe 10 partis politiques, aurait nécessité la production d’autant de bulletins pour chaque parti et en nombre égal. On peut aussi penser que le bulletin unique a l’avantage de simplifier le vote de l’électeur. Celui-ci se rendant dans l’isoloir avec un seul bulletin au lieu de plusieurs.

Cependant, le bulletin unique n’a pas que des avantages. Son utilisation peut s’avérer difficile pour l’électeur analphabète et insuffisamment éduqué au vote. Lorsque beaucoup de partis politiques prennent part à un scrutin, il peut être difficile pour l’électeur moyen de distinguer le logo du parti qu’il désire voter. Au Burkina Faso, on a ainsi constaté depuis l’institution du bulletin unique une forte augmentation du nombre de bulletins nuls. Pendant le scrutin couplé du 2 décembre 2012, à l’élection législative, on a dénombré 263 383 bulletins nuls, soit 11, 22 % des votants.

Le bulletin unique n’empêche pas toute possibilité de fraude. Pour contourner le dispositif de transparence de la CENI en la matière, certains partis ont eu l’ingéniosité de confectionner des bulletins parallèles. Ils organisent, à la veille des scrutins, un système de pré-vote auprès des populations pauvres et analphabètes. Dans ce cas, le jour du scrutin, l’électeur se rend au bureau de vote déjà muni d’un bulletin unique où un choix est opéré par avance. Une fois dans l’isoloir, il dissimule le bulletin qui lui a été donné dans le bureau et introduit dans l’urne son bulletin de la veille. En principe, les procédures de dépouillement devraient permettre de compter ce type de bulletin comme étant des bulletins nuls ; car les bulletins authentiques de chaque bureau font l’objet d’un double paraphe du président du bureau de vote et d’un des membres du bureau de vote choisi au tirage au sort le matin du scrutin.

Liens utiles et ressources documentaires

December 2012 municipal elections in Burkina Faso
February 2013 complementary municipal elections in Burkina Faso
December 2012 municipal elections in Burkina Faso

This post is also available in: English (Anglais)